Le pouvoir de la pédale lenovo l430 ram type (2014) évoque les énormes potentialités du vélo comme moyen de déplacement, en dépit de toutes les préventions et idées reçues quil suscite.
Le manque de temps ne me permet plus de traiter de manière approfondie les transports franciliens, qui le mériteraient pourtant.
Je bloque délibérément les personnes qui recourent de manière répétée à linvective personnelle.Je ne manquerai pas de vous répondre.Médias Mobilicités, site dinformation de lUTP Mobilettre, lettre dinformation indépendante, très suivie par les professionnels des transports Reporterre, magazine militant et documenté sur lécologie Blogs Plus de trains, association de passagers des transports publics ferrés de louest parisien.Ainsi, le traitement médiatique des transports ne peut se limiter à la célébration des grandes infrastructures, au remplacement dune énergie par une autre, à lattente énamourée de la voiture qui se conduit toute seule, ni à la croyance en une technologie rédemptrice.Ces mésaventures ne sont pas anecdotiques.Elles traduisent une mauvaise organisation des transports"diens, manque de coordination, absence dentretien, défaut danticipation, disposition anormale de lespace, etc.Commentaires, les commentaires sont libres, à condition de ne pas verser dans la publicité commerciale ou linsulte.Retrouver les permanences des associations de défense des consommateurs les plus poches de chez vous.Il cherche à apporter un regard différent, décalé.Institutions, groupement des autorités responsables des transports (Gart qui réunit les vice-présidents de régions, adjoints aux maires et vice-présidents dintercommunalités en charge des transports.Il en va de même lorsquun commentaire comporte de nombreuses références.Il existe de nombreuses sources, institutions, médias, blogs, qui évoquent de manière signifiante lunivers des transports et des villes.Sil est impossible de tous les citer, voici tout de même une liste de quelques références, bien entendu non exhaustive, et qui reste à compléter.En France, depuis le début des années 2000, il est un phénomène qui saggrave dannée en année, celui de la dévitalisation des villes moyennes, en particulier à travers la multiplication des vitrines vides.il ne peut répondre aux consommateurs quant à leurs demandes dinformation ou de traitement dun litige avec un professionnel (.Cela mobilise, le cas échéant, du personnel, implique le fonctionnement dinfrastructures, génère des nuisances, modifie lurbanisme et modèle jusquà la forme et la nature des villes.Plus dinfo actualites, aucun commentaire, marre des appareils non réparables?Ces dysfonctionnements relèvent du détail pour les opérateurs des transports, mais ont des conséquences immédiates, et parfois pénibles, pour les utilisateurs.Jy ai consacré un livre, Comment la France a tué ses villes (Rue de lÉchiquier, 2016).Ça ne sert à rien, mais cest amusant.
Selon lInsee, le secteur engendre en France, chaque année, 360 milliards deuros de dépenses, soit 17 du PIB.
Les transports, la planète et le citoyen (Rue de lEchiquier, 2010) et, la tentation du bitume (même éditeur, 2012 écrits avec des co-auteurs, se penchent respectivement sur lunivers des transports et sur létalement urbain.